Développer la production d’électricité photovoltaïque

Suite à l’élaboration d’un diagnostic et d’une stratégie sur le développement des nouvelles énergies (voir Nouvelles énergies - Les enjeux), le Bassin d’Aurillac, le Carladès et la Châtaigneraie souhaitent planifier une production d’énergie issues des ressources locales et renouvelables.
Dans ce cadre, toutes les propositions seront étudiées.

Alors, selon vous, comment développer la production d’électricité photovoltaïque ?

Propositions du Club Climat issues de l’atelier du 4 février :

  • Favoriser les petits projets d’autoconsommation

  • Créer une société d’aménagement sous l’égide du syndicat d’électricité

  • Faire des projets PV participatifs (ex : Combrailles et Citoyenne Limousine)

  • Installer du PV sur les toitures de commerces et bâtiments du tertiaire pour autoconsommation et revente

  • Mettre des parcs et panneaux photovoltaïques flottants sur les barrages

  • Equiper les toitures publiques en PV & solaire thermique

  • Produire des panneaux photovoltaïques en France

  • Ne pas être dépendant du privé pour le développement de projets

  • Ne pas faire de grandes fermes de production solaire et privilégier les petits formats

  • Faire en sorte que chaque village ait au moins 1 installation PV

Le compte-rendu complet est ici : Comptes-rendus Ateliers Club Climat

Idées: soumettre ces propositions à des spécialistes de la résilience. Il serait opportun que le plan climat soit accompagné par des spécialistes qui avaient prévu le réchauffement et ses conséquences. On a parfois le sentiment que ceux qui contestaient le réchauffement il y a encore 10 ans voire 5 ans nous expliquent par le menu comment nous allons régler ce problème et comment nous allons réussir l’adaptation. Les grand scientifiques de la planète (MIT et NASA aux USA, CNRS en France et tous les grands instituts mondiaux) nous prédisent désormais l’apocalypse mais curieusement personne ne leur demande conseil pour le traitement du problème. Donc ne pourrait-on pas demander conseil à des pointures qui ont eu raison avant tout le monde? Il y en a plein en France!!! Il y a aussi des citoyens qui sont devenus autonomes depuis des décennies et on sait aujourd’hui qu’ils avaient raison malgré les moqueries. Pourquoi ne pas les solliciter (scientifiques, visionnaires, premiers agriculteurs bio…) pour constituer un conseil des sages qui apporterait critiques, amendements aux projets en cours? N’ayons pas peur! Reconnaissons que nous avons tous eu torts… avant de nous lancer dans la transition sans boussole avec beaucoup de solutions à l’emporte pièce et coûteuse!

Idées: informer les citoyens des risques encourus avant de leur présenter la litanie des solutions. Faites le test autour de vous et vous entendrez « ils ont trouvé un nouveau moyen de nous faire les poches! ». Exemple du photovoltaïque, en expliquant que nous ne sommes pas sûr de pouvoir maintenir notre appro en énergie (centrales vieillissante, coût du pétrole) et donc que la nécessiter de protéger les citoyens du Cantal… d’Aurillac s’impose en prenant des modèles en exemple (commune de Bretagne qui a atteint l’autonomie). Conclusion: vu que 0.001% de la population a participé au débat, les 99.99% qui ne sont pas venus risquent de ne pas comprendre et donc de rejeter « la caba, un ami qui pourtant vous veut du bien ». Il faut exposer aux citoyens ce qui les attend dans un proche futur et mieux il suffirait d’organiser des soirées débat où les gens exprimeraient eux-même ce qui les inquiète. En retour, ils accepterons mieux les solutions car ils feront eux-mêmes le lien de causalité.

Si on additionne les surfaces des parcs photovoltaïques de Girgols, Jussac, Aurillac, Arpajon, Sénezergues et Marcolès, on obtient en gros un peu moins de 100 ha. Pendant ce temps, on pourrait équiper dans les 200 ha (à la louche) de toitures industrielles et commerciales rien qu’à Aurillac et Arpajon. C’est totalement incohérent. Une société qui préfère utiliser des terres agricoles (ou forestières) à produire de l’énergie qu’à nourrir la population devrait se poser des problèmes (on pourrait objecter la même chose pour l’hydroélectricité… mais le ratio avantages/inconvénients est hors de proportions).