Limiter les besoins de déplacements en facilitant le télétravail et en développant des services et commerces de proximité

Suite à l’élaboration d’un diagnostic et d’une stratégie sur la mobilité (voir Mobilité et déplacements - Les enjeux), le Bassin d’Aurillac, le Carladès et la Châtaigneraie souhaitent planifier une mobilité plus vertueuse en termes d’énergie et de climat.
Dans ce cadre, toutes les propositions seront étudiées.

Alors, selon vous, comment limiter les besoins de déplacements, faciliter le télétravail et développer des services et commerces de proximité ?

Propositions du Club Climat issues de l’atelier du 4 février :

  • Revoir les plans d’urbanisme pour faire en sorte que travail et logements soient situés dans le même périmètre

  • Concentrer l’agglomération

  • Arrêter les lotissements dans les communes périphériques

  • Instaurer le télétravail obligatoire ½ jours par semaine

  • Rendre les employeurs plus souples par rapport aux horaires pour faciliter le covoiturage et transports en commun

  • Diminuer les distances avec les 3 interco

  • Créer des pôles d’habitants

  • Relancer le ferroviaire

  • Ne pas éloigner les zones commerciales

Le compte-rendu complet est ici : Comptes-rendus Ateliers Club Climat

« Instaurer le télétravail obligatoire 1/2 journée par semaine »?
Qu’en penseraient mon boucher, mon boulanger, mon plombier, mon voisin qui travaille à la chaîne, le coiffeur du coin, le bistrotier (« Ah non, Monsieur, aujourd’hui les bières pression sont sur écran! »), le chauffeur de bus, le rugbyman du Stade aurillacois, l’agent chargé de la surveillance du stationnement, le masseur-kinésithérapeute, etc.? Quand nous aurons un problème d’électricité, nous ferons la réparation nous-mêmes, pilotés à distance par l’électricien derrière son ordinateur? Le charcutier nous montrera-t-il la machine à jambon sans que nous sortions de chez nous en disant: « Les tranches, fines ou épaisses? »?
Sérieusement, combien de personnes sont concernées par le télétravail?
Relancer le ferroviaire? Tant que la SNCF fera ce qu’elle veut, aucun espoir. Mais dans ce domaine, la CABA n’a pas de levier. L’autorité organisatrice des transports est la Région, qui ne semble pas se rendre compte que dans l’intitulé de sa compétence figure le mot « autorité ».

Ne pas éloigner les zones commerciales? Trop tard!
La CABA est fière de sa zone de la Sablière. Vic, encouragé par l’exemple, fait la même chose.
Et cela n’empêche pas tous les candidats aux municipales de proclamer leur amour du commerce du centre-ville et de promettre qu’ils vont tout faire pour faciliter les installations (on se demande comment!).
Seule solution à la portée du citoyen de base: ne jamais mettre les pieds à la Sablière! Ensuite, penser à la future reconversion de la zone. Pourquoi pas un parc d’attraction consacré à l’art de constituer des friches urbaines?