Responsabiliser les citoyens

Après 40 ans de communication sur le tri des déchets seul 1 français sur deux trie ses déchets! Comment peut-on imaginer qu’en seulement 10 ans (2030) nous parviendrons à réduire de 25% nos émissions de Co2? Pour parvenir à untel résultat seul une situation de guerre mobiliserait les citoyens… il faut donc trouver des solutions à cette mobilisation, l’objet de ce sujet.

Exiger que toutes les communes créent les conditions à l’émergence de comités locaux de la transition. Ces comités seront à l’initiative des citoyens pour ne pas surcharger les équipes municipales mais surtout pour responsabiliser les citoyens.
Moyens à mettre en oeuvre pour favoriser l’émergence:

  • publier par obligation sur les médias communaux et de manière répétés les enjeux mais surtout les risques encourus par les citoyens s’ils ne souhaitent pas entamé ne démarche d’adaptation au changement climatique (disparition de métier,précarité énergétique, tension sur l’approvisionnement en eau etc…)
  • chaque bulletin communal, site internet devront appeler les citoyens à prendre en charge l’adaptation de leur commune au réchauffement climatique. En passant par le catalyseur de la mairie les comités auront une légitimité pour communiquer sur les canaux habituels de la municipalité (site, réseaux sociaux de la commune) mais surtout pour organiser des réunions publiques thématique et formuler des propositions d’actions.
  • des moyens financiers: gratuité des salles et moyens de communication etc…
    Intérêt pour la com com:
    La mise en place de ces comités viendront accompagner le travail des instances de la com com et seront des réceptacles / hauts parleurs du plan climat de la com com.
  • les communes qui ne joueront pas le jeu se retrouveront à la traîne et l’absence de comité de la transition pourrait faire perdre une dotation financière aux communes récalcitrantes. Ainsi ceux qui ne ne veulent rien faire pour la transition resteront libres mais seront pénalisés et prendront du retard.
    Intérêt pour les communes:
  • s’emparer de la question en analysant les impacts potentiels locaux
  • du lien social
  • alléger les équipes municipales: respect de la gestion des déchets, ces comités seront à la fois des forces de proposition et réalisation…
  • en cas de manque de dynamisme et absence de résultat d’un comité, les citoyens seront pénalisés mais pas le maire! Sauf si ce dernier s’attache à mettre des battons dans les roues de la transition locale.

Emulation positive:

  • un concours local des 5 meilleurs comités achèvera de stimuler la population locale
  • des citoyens engagés investis dans une cause d’intérêt général… c’est très positif.

Dire aux citoyens la vérité sur les risques qu’ils encourent si rien est fait:

  • quels métiers risquent de disparaître
  • les métiers d’avenir
  • le type d’exploitations agricoles qui résisteront le mieux au changement climatique (CC)
  • des coûts de déplacement qui s’envoleront tôt ou tard
  • des coûts d’approvisionnement alimentaires qui feront le yoyo
  • des approvisionnement en eau qui pourraient devenir réellement problématique
  • des conditions sanitaires qui vont se dégrader (pollution des sols, de l’air, de l’eau, nouveaux virus…)
    Connaître la vérité aide à bouger car les citoyens ne bougent pas pour la planète mais seulement s’ils trouvent un intérêt pour leur famille. Faire comprendre aux familles qu’une famille nombreuse non adapté au CC sera en plus grande difficulté, déclenche des réactions de prise de conscience… de mise en mouvement.
    Dire la vérité aux citoyens c’est aussi arrêter de les infantiliser et c’est donner une plus grande réactivité à la com com
    Les objectifs? -25% de nos émission en seulement 10 ans, là où la France à fait +10% en 30 ans (Protocole de Kyoto en 1992)!!! Une métaphore pour conclure: Chers (es) élu (es) vous ne parviendrez pas à ramer seuls vers la transition! Il serait de bon aloi d’informer les passagers du Titanic des risques qu’ils encourent si vous souhaitez qu’ils vous aident à ralentir le paquebot.

Sentiment général perçu depuis le lancement de cette chaîne de consultation des citoyens: Nous sommes arrivés à la réunion de ce 4 févriers sans avoir reçu ni la synthèse des précédentes réunions, ni le programme et les sujets de réflexion de cette nouvelle réunion.

  • soit c’est une erreur
  • soit c’est un choix délibéré
    Si c’est une erreur, merci de nous informer du contenu de la prochaine réunion pour nous permettre de travailler /préparer/proposer/construire en amont.
    Si c’est un choix délibéré, alors, compte tenu de la gravité des risques sociétaux que nous fait courir le changement climatique, c’est une faute morale!
    Vous n’y arriverez pas seuls! Vous avez besoin de l’adhésion des citoyens! Dans la salle un homme d’une soixantaine d’année à lâché « de toute façon ne vous prenez pas la tête car rien de ce qui se dit ce soir ne sera retenu avec un ton désabusé ». Ce monsieur rentrant chez lui dira à son entourage ce qu’il ressent, torpillant le travail que vous tenter de conduire seul.
    Pour ma part j’étais moi-même très remonté et déçu…
    Je viendrai à la prochaine réunion par le seul devoir citoyen et je trouve cela bien triste.

Réponse à Resil.
Si j’ai lâché cette phrase d’un ton désabusé, c’est que j’ai vécu déjà la même expérience, mais organisée par la Région: ateliers sous forme de tables rondes avec rapporteurs devant exposer des conclusions « très brèves ». Bien des choses intéressantes avaient été entendues dans ces tables rondes consacrées aux nouveaux défis environnementaux, aux questions de transport et d’urbanisme entre autres. Et la conclusions de toute cette séance de travail (incroyablement courte il est vrai) avaient été: « À la demande générale, il faut poursuivre le désenclavement »!!! Ce qui est se moquer du monde. Vous comprenez qu’on puisse être désabusé.
L’exercice que nous propose la CABA est le même. Organisé de la même façon. Une différence tout de même, et de taille: le travail s’étale sur plusieurs jours. Après… que restera-t-il de tout ce remue-méninges? Je n’en sais évidemment rien, mais le risque est grand de voir déçus un grand nombre de ceux qui auront passé du temps à ces réunions.
Moi aussi, j’ai été étonné de ne pas recevoir de compte rendu. Je l’ai réclamé. On me l’a envoyé. J’espère que je ne suis pas le seul à l’avoir reçu!
En tout cas, je ne vois pas en quoi rapporter mon ressenti à mon entourage pourrait torpiller un travail qui arrive très bien à se torpiller tout seul. La « démocratie participative » est à la mode. Mais ce n’est qu’une mode, gérée par des professionnels de la communication et destinée à constituer un écran de fumée devant l’immobilisme des élus locaux, qui sont malheureusement dans le court terme (celui de leur réélection) alors que les problèmes environnementaux et énergétiques demandent des décisions à long terme.
Petite précision: j’ai 73 ans. Alors que le tombeau se rapproche, je participe quand même à ces réunions. Cela doit être maladif.

Mail directement adressé aux élus et à tous les décideurs pour accompagner l’immense travail de ZORBULGUE :
La clé est peut-être quelque part par là. Mon intime conviction est que les élus ont parfaitement compris qu’on allait touché des millions d’€ grâce à ce plan à tel point qu’ils le disent carrément en réunion… je l’ai entendu. Ils ont la banane à l’idée de toucher pour leur territoire des sommes importantes… mais ils n’ont pas entendu/compris la suite: « pour éviter un crash de notre civilisation ». Ils n’ont pas compris non plus la dynamique du problème: d’où on part c’est à dire à quelle époque l’humanité a dépassé les capacités de la planète. Ils n’ont semble-t-il pas perçu non plus la vitesse à laquelle nous partons, encore aujourd’hui, à la dérive. Une formation s’impose! Je vais m’improviser et toutes les contributions seront les bienvenues:

  • 1970 est l’année où l’humanité à dépassé les capacités de la planète c’est à dire il y a 50 ans. Subtilité, c’est la limite critique et non l’état d’équilibre; ce qui signifie qu’il faudrait revenir environ aux années 30 pour que notre planète respire. Comme nous sommes 4 fois plus qu’en 2030 cela signifie pour simplifier qu’il faut diviser par 4 l’empreinte individuel d’un humain des années 30… pour simplement stabiliser la situation. En effet comme dit le CNRS, pour s’en sortir il faut viser la neutralité d’ici 30 ans tandis que l’humanité a émis + 60% depuis le Protocole de Kyoto… depuis 30 ans. Mais ce n’est pas fini, le CNRS ajoute, qu’il faudrait en plus retirer chaque année de l’atmosphère - pour réparer les dégâts - l’équivalent des émissions chinoises. Ce paragraphe et mon style sont lourds mais prenez bien le temps de digérer les chiffres ci-avant avant d’attaquer la suite.

Alors à toutes et à tous un peu d’humilité et de respect pour les générations futures. Ceux qui hausseront les épaules en lisant ces quelques lignes ci-avant je vous invite à prendre rendez-vous avec le CNRS, la Nasa et pourquoi pas le MIT pour leur expliquer votre vision et pourquoi ils se trompent. En tout cas sans votre intervention correctrice, moi je continue de les écouter.

Je ne vais pas développer tous les points mais simplement lister ce qui se passe en ce moment:

  • en temps réel la hausse annuelle des océans est de 4 à 5 mm: 3.5 mm sur les 15 dernières années, 2.3 mm sur les 15 années précédentes. Cela s’accélère avec les premiers dégâts observés depuis 10 ans sur nos côtes après 30 cm de hausse en 150 ans! On nous annonce entre 1 et 6 mètres de hausse d’ici 80 ans selon les équipes scientifiques
  • La hausse du Co2 atmosphérique présente la même accélération et on se dirige vers 800 à 1000 ppm en 2100 avec des problèmes respiratoires pour les plus vulnérables.
  • la forêt amazonienne montre des signes d’effondrement qui étaient prévus en 2050 si on ne faisait rien. Vous le savez la France, qui s’affiche en exemple, est à +10% de ses émissions depuis 30 ans en réintégrant ses importations… malgré le Grenelle, le tri, les voitures moins polluantes nous n’y arrivons pas!!!
  • la réduction de l’albédo par la fonte de la banquise participe déjà à 25% du réchauffement climatique. Autrement dit si on parvient à réduire de 25% nos émissions, elles sont déjà compensées par l’emballement climatique.
  • la fonte des permafrosts est lancée depuis 2 décennies et montre des signes d’accélération avec des rejets massifs de méthane et de Co2: il faudrait que nous compensions aussi ses rejets abyssaux pour espérer stabiliser la machine.
  • 80% des insectes en moins et 50% des populations d’animaux en seulement 40 ans
  • nous seront 30 à 50% d’individus en plus sur terre d’ici 2050 (encore une variable supplémentaire à intégrer dans nos réductions de CO2)
  • Nous sommes sur un bateau où - pour ne citer que ces exemples - le Pakistan, le Bengladesh, L’inde, la Syrie, l’Afrique subsaharienne, désormais l’Afrique du sud qui subit sa 5ème année de sécheresse n’ont plus ou n’auront bientôt plus les moyens de préserver leur ressources, leur environnement. Il va donc falloir en plus prendre leur part à notre charge si nous voulons régler le problème.
  • un travail tout récent conclut que la puissance des vents augmentent de 2% chaque année. Il suffit de regarder le phénomène dans le Cantal.
  • 10% de la forêt des Vosges ont littéralement « crevé l’été dernier ». En cantal aussi des arbres ont rendu l’âme. Qui en parle?

Donc je le répète et je le demande « nous devons faire preuve d’humilité et de respect car la situation décrite par les scientifique est catastrophique " certains disent déjà " sans issue ». On a tous plus ou moins réfuté le réchauffement climatique pendant des décennies en osant contester des scientifiques. Arrêtons de spéculer sur les bases de notre ignorance!
Tous les citoyens doivent être mis à contribution! Chers futurs élus emparez-vous de l’exemple de la convention citoyenne et dupliquez-la chez nous ou proposez-nous quelque chose de neuf!
Peut-être pourriez-vous réagir dans ce forum simplement en exprimant vos sentiments?
Une liste dans mon secteur nous suggère de ne pas intervenir durant la campagne pour ne pas perturber le scrutin: « Laissez-nous devenir pilote et on vous écoutera ensuite ». Moi je vous demande de laisser les gens, vos amis, vos voisins, vos enfants s’exprimer en toute liberté sur ce sujet. Nous ne sommes pas en Russie! Devenez des catalyseurs! Laissez les citoyens faire le travail à votre place! N’empêchez pas!

Pour les élus, décideurs, citoyens voici une suggestion pour piloter le plan Climat avec un brevet de pilote:
Voici une revue de presse quotidienne réalisée par la Fondation pour la Nature et L’Homme. Rien qu’en lisant les titres vous avez le pouls de ce qui est en train de se dérouler. Si toutes les équipes et employés municipaux s’acculturent à la question environnementale on pourra accélérer.
Il vous suffit d’écrire directement à la rédactrice pour qu’elle vous enregistre dans sa liste de diffusion. Certains députés reçoivent déjà depuis plusieurs années cette information quotidienne:

Pour vous inscrire: f.demonclin@fnh.org

Revue de presse du 10 février (j’ai supprimé les dernières pour alléger ma boîte - sur votre boîte mail les liens seront cliquables):
1- Le gaspillage augmente, l’économie circulaire recule , EurActiv, 24/01/20

2- A l’Assemblée nationale, le lobbying sans complexes , Le Monde, 28/01/20, 13h49

3- Nouvelle tentative d’imposer un chargeur universel en Europe , Le JDLE, 31/01/20

4- Ensemble, plus forts… , Influencia, 31/01/20

5- Entretien. Jeremy Rifkin : « Demain, nous allons passer de l’ère du progrès à l’ère de la résilience » , L’Obs, 01/02/20, 09h00

6- « Foutu pour foutu », un docu pour mieux vivre le désastre écologique en cours , Usbek & Rica, 02/02/20, 07:00

7- Entretien. Davi Kopenawa : « Les Blancs détruisent l’Amazonie parce qu’ils ne savent pas rêver » , Le Monde, 03/02/20, 08h04

8- Dix crises humanitaires en cours, oubliées par les médias et le reste du monde , Novethic, 03/02/20

9- Sur France 3, Nicolas Hulot où les raisons d’une démission , Le Monde, 04/02/20, 18h09

10- [Interview] Le regard de Nicolas Hulot sur la philanthropie , Carenews, 04/02/20, 16:33

11- Pas de résultats et pas de transparence sur les pesticides : la politique publique de réduction vue par la Cour des comptes , Le Monde, maj le 05/02/20 à 11h28

12- Entretien. « Nous allons simplifier les règles budgétaires européennes » , Le Monde, 05/02/20, 11h45

13- L’environnement, sujet rassembleur pour 68% des Français, selon un sondage , AFP, 05/02/20, 12h53

14- Avis d’expert. Convention judiciaire d’intérêt public : l’État mise sur le droit pénal pour protéger l’environnement , Actu-Environnement, 05/02/20, 13h13

15- La finance durable en quête d’un baromètre fiable , Le Monde, maj le 06/02/20 à 06h33

16- 3 Tribunes. « Qui travaillera demain ? » Les coopérateurs ou les compétiteurs ? , Le Monde, 06/02/20, 08h45

17- Dans l’industrie, la taxe carbone a réduit les émissions de CO2 sans détruire l’emploi , Le Monde, 06/02/20, 18h16

18- EDF, Thales et Total forment un trio dans l’intelligence artificielle , Les Echos, 06/02/20, 18h39

19- La grève dans les incinérateurs d’Ile-de-France a-t-elle des conséquences sur l’environnement ? , Le Monde, 06/02/20, 20h51

20- L’Amazonie selon Bolsonaro, un « rêve » qui fait cauchemarder les indigènes , AFP, 06/02/20, 22:00

21- Entretien. « La RSE traditionnelle doit faire place à la responsabilité morale des entreprises », Fabrice Bonnifet, président du C3D , Novethic, 06/02/20

22- Pour Yann Arthus-Bertrand, « aujourd’hui, les héros de l’écologie sont des femmes » , AFP, 08/02/20, 11:00

23- Rocio Berenguer, chorégraphe de l’après-anthropocène , Le Monde, 08/02/20, 19h00

En audio

24- Philippe Descola : l’anthropologie comme écologie des relations , France Inter, La Terre au carré, 31/01/20, de 13h30 à 14h30

25- Une histoire environnementale des idées , France Inter, La Terre au Carré, 03/02/20, de 13h30 à 14h30

26- Sortir de la croissance avec Eloi Laurent , France Inter, CO2 Mon Amour, 09/02/20, 13h20

En images

27- Joaquin Phoenix en chirurgien pour sauver la planète dans un court métrage militant , France info Culture avec agences, 08/02/20, 20:00

Une publication

28- Abondance et liberté - Une histoire environnementale des idées politiques , de Pierre Charbonnier, Editions La Découverte, 02/01/20

Deux annonces

29- 847 000 européens exigent la fin de l’impunité des multinationales et de l’arbitrage entre investisseurs et Etats , Collectif Stop TAFTA, 07/02/20

30- Save the date. Forum-débat : Démocratie locale et implication citoyenne , évènement de clôture du Collège des transitions sociétales 2020, Polytech de Nantes, le 04/06/20, de 16h50 à 22h30

Autre suggestion:
Partir sur un objectif de réduction de 25% des émissions de CO2 d’ici 2030 me paraît être une erreur de formulation. En l’appliquant en l’état, en 2030 bon nombre d’investissements seront mis à la poubelle car on nous expliquera alors qu’il faut viser la neutralité en 2050.
Formulation proposée: « Le plan Climat doit viser la neutralité carbone en 2050 avec une première étape de réduction de 25% en 2030. » Il faut que l’ensemble de la société connaisse l’objectif final.

C’est très important car selon que l’objectif final est de 25 ou 100% les investissements, les orientations, la technologie employée, l’orientation de la recherche ne seront pas les mêmes du tout. Avec un objectif -25% on augmente l’efficience, les rendements techniques. Avec un objectif de -100% on recherche les ruptures technologiques.
Autrement dit nous ne devons pas attendre 2030 pour envisager les ruptures technologiques et les vraies mesures d’ampleur de réduction de… consommation.
A méditer!

Petit rappel pour bien comprendre la situation dans laquelle nous nous sommes fourrés à cause de notre vision à court terme:
Avec l’objectif ci-dessus de neutralité carbone on oublie d’intégrer dans notre effort:

  • la défaillance des pays en grande difficulté qui n’ont pas les moyens d’une transition
  • Notre part du retrait annuel en 2050 de l’équivalent des émissions de la Chine.
  • l’emballement climatique et ses boucles de rétroaction
  • etc…

Bravo, Resil, de rappeler ces points essentiels, et aussi pour les liens que vous donnez dans votre commentaire suivant! Il ne faut pas oublier pourquoi on est là (et pourquoi onEN est là!).

Resil, cela fait du bien de lire des propos de vérité et j’espère de tout cœur que les élus en prendrons conscience sans se voir guider par une croissance toujours plus positive pour leur territoire. La croissance sera la mort de notre civilisation et je prie chaque jour pour qu’enfin des élus dignes de ce nom permettent à nos enfants, à mes enfants d’entrevoir un avenir.
Un avenir sans gadget inutile, avec moins de confort mais un avenir ou ils auront une chance de survivre.
encore merci